Calme Renenvue a Dashour?

First published on Nouvelles du Caire, 10 August 2012

by Sophie Anmuth

En juillet après des violences suite à une querelle au sujet d’une chemise abîmée par le teinturier copte, des Coptes avaient fui le village de Dahshour, en banlieue du Caire. La plupart des familles sont aujourd’hui revenues, mais l’insécurité demeure. Le problème n’a pas été traité de manière différente que sous Moubarak: pour les autorités, il n’y a pas de problème d’intolérance religieuse en Egypte.

Le président Mohamed Morsi avait déclaré qu’il ferait respecter la loi pour protéger les Coptes. « J’appelle mes frères musulmans et coptes à se rassembler et mes frères musulmans à faire en sorte que les Coptes soient en sécurité. Personne ne peut accepter des attaques contre son frère. »

Au cours des violences,  une personne est morte,  six blessées, et plusieurs maisons brûlées.

D’après MCN, certains voisins musulmans ont en effet tenté de protéger leurs voisins coptes contre les attaques.

Lundi 13,  l’Union des jeunes de Maspero (MYU, organisation pro-révolution qui se charge de mettre l’accent sur les problèmes rencontrés par les Coptes) et les socialistes révolutionnaires ont organisé une manifestation devant la Haute Cour égyptienne, pour protester contre la manière dont a été traitée l’affaire par une police indifférente et qui n’a pas été tenue responsable des violences ou de la fuite des familles coptes, et contre le dédommagement insuffisant.

Le gouvernement a indiqué compenser chaque famille ou commerçant (52 en tout) touché par une somme de 10 000 livres égyptiennes (un peu plus de 1500 dollars). D’après MCN, tous les résidents n’ont pas accepté cette offre, certains la jugeant insuffisante.

Mina Magdy, porte-parole de MYU, a déclaré que les sommes devraient plutôt atteindre 30 millions de livres que 520 000.

Il a aussi indiqué que toutes les 120 familles ne sont pas revenues, car certaines craignent que les tensions continuent et ne font pas confiance à la police pour les protéger.

Elizabeth Iskander,spécialiste de la question copte, estime que « la police est en général lente à réagir depuis le soulèvement de 2011 (en réaction contre l’hostilité à laquelle elle est en butte) mais de toute façon, elle n’était guère plus réactive auparavant par exemple pour les problèmes d’hostilité confessionnelle. »

Click here for full text.

Advertisements
This entry was posted in Egypt, religious freedom, Sectarianism and tagged , , , , , , . Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s